dimanche 25 décembre 2016

IDENTITÉ ET RELIGION

L’ISLAMISME OU LA RAGE IDENTITAIRE.   PREMIÈRE PARTIE 


Je me suis fréquemment demandé pourquoi tant de gens sont habités consciemment ou pas par une indéracinable quête identitaire et de quoi celle-ci est-elle le nom ? 
Cette interrogation n’est pas pour moi un simple objet passager de réflexion, mais plutôt une urgence pour tenter de comprendre les motifs ou plutôt les pulsions qui poussent tant de musulmans, venus s’installer en occident à en refuser les codes élémentaires du savoir vivre, dont le plus évident est depuis toujours de "Vivre à Rome comme les romains". La réponse facile est l’impératif religieux. Chaque religion se constitue à partir d’un dépôt sacré, commandements absolus d’un dieu unique, donc expressions d’une vérité transcendante bien au-dessus des lois humaines. Mais cet argument ne m’a jamais vraiment convaincu. Est-ce bien une intime conviction spirituelle indépendante de tout autre facteur qui pousse à l’acte terroriste ou bien plutôt une irrésistible rage identitaire, dont le marqueur clé est la religion, qui pousse l’individu à se fondre et à défendre un être-ensemble particulier, ici l’oumma – la communauté musulmane - à l’encontre de ceux qui se situent hors de cet être-ensemble.
Est-ce un acte de conquête ou ne serait-ce pas plutôt une réaction de rage identitaire face à l’évidence d’un monde qui s’homogénéise sur le modèle occidental, antagonique de celui de l’islam, avec pour corolaire l’annonce de son délitement inévitable comme civilisation à vocation universelle, (modes de vie et croyances).
 Pour y répondre, j’ai voulu élucider pour moi-même la notion d’identité. Je sais que tout a déjà été dit sur ces sujets par bien des philosophes, politologues et autres sociologues, mais je ne comprends bien une chose que si je fais l’effort de la penser par moi-même.

Ceci est la première partie de l'article

D’après Cyrulnik[1], « Toutes les identités sont le produit de l’héritage d’un père, d’une mère et d’une religion que chacun interprète selon son contexte culturel ». L’identité renvoie clairement à une nature dynamique et duelle : elle a un versant bien sûr individuel, mais également un versant collectif. Il n’y a pas d’identité qui ne soit que l’un ou l’autre de ces versants puisque même les ermites furent un jour des enfants au sein d’une famille, elle-même cellule d’un sujet collectif. C’est pourquoi sur le plan identitaire, le Nous est indissociablement lié au Moi, car ce n’est que par les individus qu’existent les formes historiques globales, c’est-à-dire les tribus, les clans, les communautés, les nations. Il y a ici un lien manifeste qui relie le sujet individuel au sujet collectif – ou peut-être devrait-on inverser les termes et dire le sujet collectif au sujet individuel tant il est vrai qu’au cœur de l’individu le Nous social forge l’armature du Moi. L’identité est bien une pièce avec deux faces, comme nous le rappelle le primatologue Frans de Wall[2], « L’homme est un animal social jusqu’à la moelle des os » et cela a entraîné au cours de l’Histoire une cascade d’importantes conséquences identitaires quant aux rapports entre le Moi et le Nous. Dans le moi comme dans le nous, il y a toujours par définition une frontière qui sert à séparer le même du non-même, à exclure l’autre qui est a priori dangereux. Mais, c’est pourtant aux frontières que se déroulent les échanges pour l’individu comme pour la collectivité et il n’y aurait pas de civilisation vraiment dynamique sans une certaine porosité des frontières pour entretenir cet ingrédient fondamental de l’être, la dialectique du semblable et du différent. Comme Valéry l’a déjà dit, les civilisations aussi sont mortelles et pour rester vivantes, elles doivent évoluer – c’est- à-dire changer pour rester elles-mêmes. Rester vivant et fidèle à son identité est une véritable gageure. Si on ne bouge pas, on se pétrifie, si on bouge trop vite, on se désintègre sous l’effet de la violence de forces contradictoires internes. Or, le changement est nourri par le différent, le contradicteur, le non-moi, c’est-à-dire l’autre, qu’il surgisse du sein de la civilisation à la suite de l’émergence d’une vision iconoclaste ou hétérodoxe du monde, très divergente du consensus en cours, ou qu’il vienne d’un ailleurs – géographique, culturel ou religieux - lointain ou proche sous l’effet du commerce ou de la guerre.
Les deux versants de l’identité : le moi et le nous
Le « Moi »
L’identité de la personne se construit sur une série d’accidents individuels - unicité du génome et hasards des lieux et milieux de naissance – et une petite marge de choix apparemment volontaires dans la sculpture de ce moi qui demeure toujours un peu fluctuant, du fait d’évènements imprévisibles. Donc beaucoup d’entrecroisements, de clivages et de conditionnements pour produire quelqu’un de distinct, mais dont la personnalité ne devra pas trop s’éloigner du modèle prescrit par la communauté, sous peine d’être classée comme anormale, voire monstrueuse. Or, la reconnaissance de sa différence demeure l’expérience première et irréductible de l’individu. C’est à cette soif d’être unique que la personnalité qui émerge de cet entrelacs de déterminants se consacrera en usant de la marge de liberté que l’être humain croit posséder. Le résultat dépendra du modelage intensif par son milieu, des accidents heureux ou malheureux, des rencontres, des lectures, des désirs, des passions, des réflexions et des décisions qui préciseront qui on veut être et qui on est. La personne se construit le long d’une histoire de participation à plusieurs groupes d’appartenance distincts et en développant avec chacun de ces groupes une parcelle d’identité commune spécifique[3]. Le rapport avec l’autre demeurera toujours au fondement du soi.
Pour résumer, l’individu répond à deux impératifs qu’il ne contrôle pas pour forger son identité : d’abord être plein de l’identité commune, ensuite être unique puisqu’il lui est tout autant impossible d’être sans singularité que sans système immunitaire. Les deux impératifs sont plus imbriqués que des frères siamois, plus soudés qu’Abélard et Éloïse, mais comme eux, ils peuvent éventuellement dans la souffrance être découplés. Mais, attention, détacher l’un de l’autre est excessivement difficile dans la vie concrète. La soif identitaire est inextinguible et elle s’abreuve invariablement à ces deux sources.
Le « Nous »
Quant à l’identité collective, le Nous, vécu comme irrécusable différence d’avec Eux, les autres, on est tous tombé dans cette marmite du Nous/Eux quand on était petit, à l’instar d’Obélix dans la potion magique. On baigne dans l’identité collective sans s’en rendre compte, elle précède l’identité singulière de l’individu. Nous les Français, Nous les Québécois, Nous les Noirs, Nous les catholiques, Nous les Juifs, Nous les musulmans. On navigue dans une multiplicité de Nous qui se recoupent, se superposent, s’encastrent ou se vivent contradictoirement, s’excluent où se complètent, ce qui oblige le Moi à faire parfois de bizarres contorsions psychologiques. Le Nous tout comme le Moi relève de l’évidence existentielle, même s’il peut être fuyant quand on veut creuser pour savoir ce qu’il signifie vraiment. Peut-être une définition rigoureuse du Nous consisterait-elle à le voir comme un ensemble mathématique dont les éléments qui le constituent partagent une ou plusieurs propriétés similaires. Plus le nombre de propriétés partagées est élevé, plus l’ensemble sera cohérent et, à la limite, un ensemble qui ne contiendrait que des éléments totalement identiques dans toutes leurs propriétés serait l’exemple d’un Nous d’où toute hétérogénéité serait exclue, autrement dit, l’identité sociale de chaque membre du Nous serait l’exact miroir de celle des autres. Pour certains, ce serait un ensemble parfait, le Nous idéal et rêvé des racistes de tout poil, des dictateurs, des bureaucrates ou de ceux qui sont gonflés de leur seule vérité, comme les fonctionnaires de Dieu, qui ne désireraient rien de mieux que de nous voir tous agenouillés devant un mannequin de bois ou de plâtre cloué sur une croix, ou aplatis dans la direction de La Mecque. Évidemment, cet unanimisme absolu serait un enfer, nous serions tous devenus des Stepford wives[4]. Mais un Nous qui ne contiendrait que des éléments totalement hétérogènes entre eux, exploserait très vite. L’Empire romain s’est effondré face aux invasions barbares, en partie parce que les armées chargées de le défendre étaient composées de mercenaires non romains, sans véritable loyauté à l’égard de patrie. En France, l’édit de Nantes accordant des places fortes aux protestants introduisait la possibilité d’une forte dissidence en lien avec un autre Nous, l’Angleterre et les principautés germaniques.  
Maintenant, il y a de multiples degrés de cohésion dans la trame du Nous ; les liens entre individus membres du Nous peuvent être émotifs ou rationnels, informels ou juridiques. Mais ce qui assure la force cohésive primordiale au sein du Nous, c’est d’abord et avant tout l’intensité des rapports émotionnels entre les membres pour ce qui touche à ce qu’ils ont en partage, leur héritage qui fonde leur commune identité. Plus il est biologique, concret et local, plus il est puissant. Le Nous de notre famille est d’emblée plus prégnant, plus immédiat que le Nous les habitants de Montréal ou le Nous les Français ou le Nous les Québécois, parce que bien sûr, ce que partage une famille est sans commune mesure avec ce qui lie un citadin à un autre. Ce vécu existentiel qui fait référence à des expériences intimes partagées depuis la naissance[5] est l’antithèse d’une abstraction, il a presque toujours préséance sur tous les facteurs historiques, idéologiques, rationnels ou juridiques qui fondent des Nous plus étendus mais moins denses. C’est pourquoi, trahir ses parents est perçu dans presque toutes les cultures comme plus monstrueux que trahir ses autres Nous. Mais quel que soit le Nous qu’on répudie, cela ne se fait pas sans une certaine souffrance. Bref, on ne peut pas extraire le Nous du Moi sans défigurer ce moi.
Aucun Nous dépourvu de ciment affectif ne peut perdurer, ou alors ce n’est pas un Nous. C’est pourquoi aucune collectivité ne saurait subsister uniquement sur des assises juridiques, ce que croit pouvoir faire le Canada ; une histoire vécue en commun est un préalable indispensable. Mais le Nous, miroir en cela du Moi, est inconcevable sans sa contrepartie, le Eux, l’autre Nous, qui vient par sa seule existence donner sa vraie signification à notre Nous. Il n’y a pas de Nous sans compétiteurs, sans différences, sans cassures, sans rejets. Le Nous n’est jamais plus fort que lorsqu’il est en guerre contre un autre Nous, c’est-à-dire Eux, l’autre. Le Nous n’a de sens que par ses frontières. Sans ennemi, il ne survit pas, il implose en deux ou plusieurs Nous. C’est pourquoi il est presque impossible de concevoir un Nous universel réel, car, sans altérité, il n’y aurait pas de frontières, donc pas d’identité. En effet, une collectivité universelle telle qu’elle fut rêvée par les auteurs de la Déclaration des droits de l’homme ne pourrait l’être que fondée exclusivement sur et par la raison. Une telle société, transparente, sans épaisseur, sans mystère est difficile à concevoir dans la mesure où le réel social déborde de beaucoup les prescriptions de la raison et s’inscrit d’abord dans la coutume, le non-dit, l’émotif, l’imaginaire. De plus, les valeurs communes de toute société, même à vocation universelle comme les États-Unis ou la France, ne peuvent émerger que de la vie concrète historiquement déterminée de cette société, c’est-à-dire d’une identité non universelle. Une identité collective forte n’est jamais abstraite ; elle est d’évidence concrète, historique, émotionnelle, idéalement fraternelle. Bien que ce soit caricatural, il est utile de voir les divers Nous auxquels participe un individu, comme encastrés les uns dans les autres, à l’image des poupées russes ; plus on va vers le plus grand Nous, plus il devient formel et abstrait, plus le lien se distend jusqu’à l’ultime caricature du Nous des Nations Unies.
L’Occident est l’exemple d’un grand Nous auquel nous nous rattachons avec une certaine émotion depuis le monde bipolaire de la guerre froide, où la peur d’une tragédie nucléaire commune cimentait un Nous plutôt mou au départ, parce que centré sur ses rivalités internes. Qu’en est-il aujourd’hui ? Nous y rattachons-nous toujours de façon concrète par des éléments singuliers qui ne soient pas simplement des principes universels ? Si l’Occident se définit lui-même comme une société universelle, alors il n’a plus d’identité forte, celle-ci s’affadit et les liens qui tissent la trame de cette société deviennent très fragiles. N’importe quel Nous se situe sur un continuum théorique qui va d’un vécu tellement singulier et concret qu’il en est presque intransmissible jusqu’à une configuration si ouverte à chaque être humain, indépendamment de sa spécificité culturelle, linguistique, morale et religieuse, qu’elle ne pourrait avoir comme contenu que des lois universelles et rien de spécifique, par exemple, n’avoir aucun congé légal qui fasse référence à une histoire ou à une culture particulière. À un bout du continuum, il y a une identité non partageable, par exemple comme celle des indiens Metyktire[6] d’Amazonie, à l’autre extrême, il n’y a plus d’identité parce qu’il n’y a plus de frontières, plus d’altérité, donc plus de différence entre l’intérieur et l’extérieur ; on n’a évidemment aucun exemple d’une telle société, car elle imploserait bien avant d’avoir atteint ce stade[7]. Ceci étant dit, quelle que soit la spécificité de toute identité collective, est-il possible d’envisager qu’elle puisse exister par elle- même, pour elle-même, pleine, sans creux, sans inquiétude ? Par définition, toute entité vivante est en manque de quelque chose qu’elle va chercher dans son environnement, et cela est vrai égale- ment de n’importe quelle collectivité d’êtres humains, quelle que soit sa taille. Aucun Nous ne peut donc être totalement autarcique ; c’est impensable. Le Nous, à l’instar du Moi, cherche quelque chose de singulier hors de lui-même du fait d’une incomplétude inhérente à l’existence. Il est en quête de sens, et le sens par définition est extérieur au sujet. Aucune collectivité ou nation n’aime l’idée qu’elle n’existe que par l’effet du hasard. Dieu sera généralement le garant ultime de la légitimité de ce Nous communautaire, comme le proclament évidemment tous les pays islamiques, mais également des pays démocratiques comme le Canada, qui reconnaissent dans le préambule de leur constitution « la suprématie de Dieu ». D’autres Nous se réfèrent à leurs origines. De Gaulle parlait de la France en disant « qu’elle venait du fond des âges », ce qui lui donnait comme un arrière-fond mystique, Israël se réfère à un destin si unique qu’il devient l’ultime exemple de la singularité la plus singulière. Cette aspiration à un au-delà de soi, qu’on retrouve dans presque tous les Nous, reflète l’incomplétude de l’identité collective, qui est pour Régis Debray[8] un invariant de toute société humaine et donc de toute identité collective. C’est pourquoi, parmi toutes les sources constitutives du Nous identitaire, un marqueur se détache particulièrement du fait qu’il se manifeste dans tous les temps et tous les lieux : la religion comme réponse emblématique à l’incomplétude du Nous.




[1] Psychiatre, inventeur de la notion de résilience chez l’être humain.
[2] Frans de Wall, Le bon singe, Bayard, 1997.
[3] Cette réalité est vécue différemment selon les cultures. Par exemple, dans le monde occidental, la femme n’est plus limitée au seul cercle familial comme dans une société intégriste telle que l’Arabie saoudite. La restriction au seul milieu familial pour la femme entraîne évidemment une cascade de conséquences inhibitrices sur la capacité de développer une pensée autonome.
[4] Roman d’Ira Levine (1972) qui décrit une situation cauchemardesque où toutes les femmes ont été reconstruites pour devenir de parfaits zombies, toutes conformes au modèle idéal.
[5] Le proverbe anglais Blood is thicker than water (les liens du sang sont plus forts que les autres) exprime bien la nature existentielle de l’identité qui se pose comme un en deçà de la raison.
[6] Il s’agit d’un groupe de 87 indiens Metyktire (un sous-groupe des Kayapó), qui avaient été initialement contactés en 1950, mais qui avaient décidé à l’époque de retourner dans la forêt ; depuis, ils ont toujours vécu en isolement volontaire. http://terresacree.org/indigenes.htm.
[7]Il y a bien sûr une autre conception d’une communauté universelle, celle d’une collection de cultures spécifiques coexistant l’une à côté de l’autre. La chrétienté comme l’oumma étaient censées représenter la matrice d’une telle communauté universelle. Ce n’est pas pour nous une définition acceptable de communauté universelle.
[8] Régis Debray, Le feu sacré, Fayard, 2003

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire