vendredi 30 juin 2017

ÉVENEMENT INSOLITE






Il m'est arrivé une incroyable péripétie lors de mon retour de Paris vers Montréal.
La veille, je suis allé tirer de l'argent d'une machine pour laisser 100 euros à la femme de ménage qui devait nettoyer l'appartement qu'une de mes sœurs, m'avait prêté pour mon séjour. Le soir, je commande un taxi Uber pour 8h15 le lendemain, mon avion décollant à 11h30.
Le matin je me réveille à 7h30, me lève, fais ma toilette et range ma trousse dans ma valise déjà prête. À 8h10, je mets ma veste et cherche du regard sur le petit bureau adossé au mur, mon portefeuille, les clefs de l'appartement, mes prothèses auditives et mon passeport français que j'y laissais chaque soir. Je ne les trouve pas. Je cherche ailleurs dans la petite chambre, rien.
Je commence à m'inquiéter, il est 8h15, le taxi va arriver. Je me décide à vider ma valise, j'y procède rapidement, je ne trouve rien, je remets mes affaires en vrac sans les plier. Je déplace le lit, regarde en dessous, enlève la couverture, la secoue, rien. Je me tourne de nouveau vers le bureau mais il est lisse comme un crâne chauve. À 8h 20, le chauffeur du Uber appelle, je lui demande d'attendre 15 minutes. Je fonce vers la cuisine, vide toutes les ordures par terre, rien ! il y avait en effet peu de chances que, dans un acte de somnambulisme dont je n'ai jamais souffert, j'eusse jeté dans les ordures, mes clefs, mes appareils auditifs, mon passeport français, mon portefeuille qui contient mon argent, mes cartes de crédit et divers papiers importants comme permis de conduire, carte soleil d'assurance maladie du Québec, carte Vitale française et divers autres papiers dont la perte serait source de grands tracas. Il est 8h30 et je commence à sérieusement m'injurier. Des idées folles me traversent la tête; Santino, un ami de ma sœur est venu exprès d'Espagne pour rénover certaines parties de l'appartement. Peut-être s'est-il énervé que j'ai décliné son offre de dîner avec lui la veille et a-t-il décidé de me faire payer le prix de cet affront ? Je sais que c'est ridicule, mais les idées qui surgissent dans les têtes inquiètes ne demandent jamais la permission d'apparaitre, peu importe leur degré de folie ou de ridicule. Je fonce vers le salon où il a installé un lit de camp pour dormir, car ma soeur refuse qu'on utilise sa chambre, surtout lorsqu'elle n'est pas là. Je le réveille assez rudement en lui demandant s'il n'avait pas vu mes papiers quelque part. Il se lève précipitamment et commence à chercher dans ma chambre, dans la cuisine. Mes folles pensées à son égard se dissipent, mais je me dis qu'il peut être un excellent dissimulateur. Il est 8h45, le chauffeur rappelle, je lui dis d'attendre encore quelques minutes, j'arriverai bientôt. il maugrée quelques paroles en russe et raccroche. Finalement à 8h50, je décide de partir, je me dis que le Uber étant payé par carte de crédit, je n'ai pas besoin d'argent, j'ai mon passeport canadien qui me sert de preuve pour mon billet d'avion et arrivé à Montréal, j'appellerai Viva, ma femme ou un de mes frères ou sœurs pour venir me chercher. Par précaution je demande à X de me prêter un peu d’argent ; il me tend un billet de 20 euros. Je le remercie, quitte l'appartement, traverse la rue, ouvre la porte du Uber, pour m'engouffrer dedans, quand soudain X ouvre une des fenêtres de l'appartement et me crie, j'ai trouvé tes affaires. Je me précipite à travers la rue, il me tend mon portefeuille, les clefs, mes prothèses auditives, mon passeport français et me dit que tout avait glissé bizarrement entre le mur et le bureau, se logeant derrière une imprimante par terre que j'avais la veille déplacée et que pour une raison incompréhensible, je n'avais pas pensé à replacer sur le bureau. J'embarque finalement dans le Uber à 9h; mon avion décolle à 11h30; je demande au chauffeur de faire le maximum pour me déposer à temps à l'aéroport Charles De Gaulle. La circulation est totalement chaotique avec des bouchons interminables ; un texto de Uber m'informe que le tarif vient de bondir et sera multiplié par 3, passant de ce fait à 150€. Je me dis que je vais probablement raté mon avion et que cette mésaventure va me couter très cher. J'arrive à CDG à 10h40, donne le billet de 20€ au chauffeur pour ses efforts méritoires et fonce. Heureusement, on me fait passer rapidement les services de sécurité et j'embarque in extrémis. 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire